Les techniques de taille de la vigne aux Vignobles HAVERLAN

24/02/2022

Dans les vignobles, en ce début d'année 2022, la période est à la taille de la vigne.

Il y a presque un an, en avril 2021, une terrible vague de gel a frappé l'ensemble du territoire français.

Face à cet épisode de gel d'une intensité exceptionnelle, les vignerons utilisent différentes techniques, selon les régions et les appellations, pour tenter d'y faire face et de préserver les récoltes futures.

Monsieur Dominique HAVERLAN, vigneron des GFV VIEUX CHÂTEAU GAUBERT et GFV LA PRADE en AOC PESSAC LEOGNAN, a eu la gentillesse de nous partager son expérience en la matière.

Il nous présente ainsi son outil phare dont les bienfaits sont scientifiquement reconnus : La taille économique et écoresponsable.

 

"L'Assurance Gel des Vignobles Haverlan :

Taille Tôt Taille Tard, un vrai dilemme pour le viticulteur. Comme le dit l’adage « Rien ne vaut la taille de mars ».

Nos vignobles en Pessac Léognan et Graves ont subi le gel de printemps quatre années sur cinq avec une forte intensité en 2017 et 2021.

Ce n’est pas supportable longtemps économiquement. Il fallait réagir.

En 2021, j’ai donc décidé d’organiser la période de taille en tenant compte des secteurs plus ou moins gélifs. Nous avons fait tailler par nos équipes les parcelles très gélives entre le 15 et le 20 mars afin de retarder le débourrement. Nous avons taillé les jeunes vignes jusqu’à fin mars et même une plante d’un an après le gel du 12 avril. Ainsi les jeunes plants ne sont pas morts.

Pari gagnant puisque nos parcelles les plus sensibles taillées tard n’ont eu que 25 % des bourgeons gelées et que des plantations de 3 ans n’ont rien eu.

Nous n’avons pas luté contre le gel avec des bougies ou des tours qui brulent du fioul, ni fait bruler de la paille. Pas question de polluer l’atmosphère, d’autant plus quand la température atteint – 6 °, pour moi cela ne sert à rien.

 

L'Assurance Gel économique et écoresponsable :

La deuxième expérience sur nos parcelles les plus gélives est encore plus intéressante.

J’ai demandé aux tailleurs de laisser une branche à fruit non taillée la plus vigoureuse possible car ces branches poussent plus tard. Les bourgeons commencent à pousser en haut de la branche quand ceux d’en bas peuvent rester latents jusqu’après les gelées.

Deuxième pari gagné. Le 21 avril les premiers bourgeons sur ces sarments n’étaient pas sortis.

Vers le 20 avril nous avons donc taillé ces sarments en laissant 3 ou 4 yeux pour compenser les bourgeons gelés sur la latte et le courson laissés. Prix de revient de l’assurance 150€/ha.

J’ai suivi  l’évolution de ces bourgeons de secours tout au long de la campagne. Comptage du pourcentage des bourgeons éclos, vigueur, et à la récolte nombre de grappes en plus et poids de récolte sur ces bourgeons pour cent pieds. Résultat 20 % de récolte en plus et une moyenne de 46 hectolitres par hectare.

Fort de cette expérience 2/3 du vignoble sera taillé de cette manière en 2022.

Du bon sens paysan, dépenser moins pour gagner plus et de manière écoresponsable."

 

Dominique HAVERLAN